La nourriture du désert

Salam aleykoum[1] chers compatriotes,

 

Et bismillahi[2] aux nouveaux mourabitounes[3], vous ne regretterez pas la Mauritanie, wallahi[4] !

 

Bien entendu, vous serez un peu déboussolés par ce grand bond dans l’espace et le temps. Vous risquez aussi d’être un peu perturbés par l’accueil que l’on vous fera lorsque, psychologues improvisés, vous devrez absorber frustrations, angoisses et pessimismes de vos nouveaux collègues. Mais… pourquoi tant de… ? Parce que… si peu de… Eh oui, tout est peu en Mauritanie au sens où nous l’entendons et s’en satisfaire est bien la grande leçon de ce pays.

 

Pas besoin d’être grand observateur pour s’apercevoir que Nouakchott n’est pas la Venise du Sahara. Ville caravanière sans corps et sans âme, dont le visage est rongé par une lèpre immobilière « espectaculaire[5] », la capitale de la République des Sables[6] semble occupée plutôt qu’habitée. A peine née et déjà trop pressée de grandir, Nouakchott a négligé son « art-chitecture » pour étaler dans tous les sens un style qui lui est propre : l’« anarchie-tecture ». Pas de bancs publics pour se bécoter, pas de bars pour étancher ses déprimes, pas de boîtes pour écouter la musique avec ses pieds… Pas ou si peu de frivolité le long de ses trottoirs de sable et de coquillages… La Venise ? Non, la verrue du Sahara.

 

Derrière cette vitrine peu alléchante, le « pays réel[7] » ne semble pas plus excitant. Car nos yeux y perçoivent l’agonie d’un monde dépéri par la soif, tel un puits tari que le sable rebouche, inexorablement. En outre, il y fait chaud comme dans un four et l’on pourrait appliquer à la Mauritanie ce proverbe djiboutien pour dire que « c’est un pays où le chacal fait son testament avant de le traverser ».

 

Quant aux hommes de ce pays, ils sont rudes et austères, leur comportement peu rationnel est déroutant et surtout, SURTOUT !... Ils n’ont que du thé pour faire la fête !!!

Mais tout ceci est-il essentiel ?

 

La Mauritanie ne se révèle pas et ne se laisse pas apprécier si on ne l’appréhende qu’en surface. C’est une immense pyramide enfouie sous le sable dont le sommet seul émerge et il faut être un peu archéologue dans l’âme pour en découvrir tous les trésors…

 

Contempler pieusement le soleil rougeoyant se coucher dans l’immensité solennelle du désert, ce lieu silencieux où l’aplomb des cieux donne le vertige, où le regard des yeux à l’horizon s’épuise… Humer l’odeur agréable de la terre mouillée par quelques gouttes de pluie, savourer le parfum d’une poignée d’herbes arrachées, comprendre dans ces détails la précieuse et fragile beauté de la nature… Ressentir dans la cour d’une maison l’abondance de vie d’un groupe d’enfants qui s’amusent, insouciants, en prendre un qui vous accueille et vous tend les bras avec le sourire… Apprécier pleinement l’innocence et la candeur de cette jeune femme qui traite Phileas Fogg de fou, avec ce rire naïf empli de certitude, ce rire de l’évidence, de l’évidence que l’homme ne peut et ne pourra jamais faire le tour du monde en 80 jours…

 

La nourriture du désert, de par sa frugalité, nous oblige à retrouver l’essentiel dans les petits détails. Et c’est pourquoi la Mauritanie est une remarquable école de la vie…

 

_________________________________

 

[1] « La paix soit sur vous », formule de salut chez les musulmans.

 

[2] « Bienvenue »

 

[3] Sobriquet donné aux joueurs de l’équipe nationale de football. Ici, surnom donné aux Français tout juste arrivés en Mauritanie pour une période de vie plus ou moins longue.

 

[4] « Promis ! » ; « Au nom de Dieu ! »

 

[5] Les Mauritaniens prononcent différemment certains mots commençant par les lettres sp ou st. Ainsi, « stylo » devient « estylo » et « spécifique », « espécifique ».

 

[6] Surnom donné à la Mauritanie.

 

[7] C’est ainsi qu’est désigné tout le territoire en dehors de la capitale Nouakchott.

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Sylvie (vendredi, 01 octobre 2021 05:39)

    Merci Vincent pour ces belles paroles de sagesse c'est apaisant !

  • #2

    Martine (vendredi, 01 octobre 2021 06:00)

    Quel paradoxe entre nos deux mondes ! Nous devrions aller vers eux pour exister un peu mieux !

  • #3

    Abubacr Jah (samedi, 02 octobre 2021 09:51)

    Mon cher on attend toujours ton retour